il piccione viaggiatore – le pigeon voyageur (fr)

Flag_of_France.svgFlag_of_Italy.svg

Il piccione viaggiatore – Le pigeon voyageur des Galline Felici (fr)


(version originale italienne en cliquant sur le drapeau ci-dessus : la version italienne est parfois un peu plus fournie que la version française)

galline-felici-logo le ‘pizzino’ de Septembre des LeGallineFelici (les poules heureuses) (06/09/2017)

Nous vous suggérons de lire ces nouvelles en italien dans la version web

 

Colorer les places publiques avec nos oranges, depuis les villes jusqu’aux périphéries urbaines. Faire respirer les parfums et faire gouter nos fruits du Sud au Nord de l’Italie.

Renouer les trames des discours en suspens.

Contribuer à la connexion des réseaux locaux, nationaux et européens, en projetant et en réalisant ensemble des actions communes.

Porter sur les marchés nos “ambassadeurs”, ceux que nous avons déjà rencontré et ceux que nous devrons encore discerner dans le monde de l’Autre Economie, celle consolidée et celle qui est encore à construire, en créant de l’occupation joyeuse et responsable.

Donner une réponse concrète en contre tendance par rapport à un système qui repousse et isole ; un système qui n’offre pas de solutions.

Envie de partager notre vision avec celle de beaucoup de compagnons de route, de toutes les parties du Monde.

 

Continuer à cultiver et à réaliser nos rêves, à y croire et à faire entendre une voix à l’unisson qui donne espoir.

Et nous y voici…….

Bon retour parmi nous à tous !

Nous sommes un peu fatigués, surtout à cause de la réorganisation interne qui nous voit engagés dans un passage naturel de génération. Mais nous sommes prêts à redémarrer avec une conscience renouvelée.

                  la carte navigable

                                                       unnamed(5).jpg

Vacances zéro pour ceux qui, comme nous, ont décidé de parier et d’investir leurs propres énergies sur la TERRE.

Les changements climatiques causent différents problèmes aux productions. Depuis des mois, il ne pleut pas sur nos territoires et les puits commencent à s’assécher.

Et dans le reste du monde ? Par endroits, les conséquences sont quelquefois encore bien plus catastrophiques… Il n’y a pas de quoi rester sereins. Il serait souhaitable d’avoir une prise de conscience globale accompagnée d’une inversion de tendance.

Mais les choix scélérats de ceux qui nous gouvernent continuent d’aller dans l’autre direction.

La dernière nouvelle douloureuse est ce mur qu’on élève au milieu de la mer pour défendre nos égoïsmes qui, par des siècles de spoliation systématique d’un continent, créent trop de désespoir

Dans  nos possibilités, nous pouvons agir avec conscience et détermination et proposer d’autres modèles, en offrant des alternatives concrètes, aussi par rapport à l’abandon de nos terres.

La Terre, en effet, ne nous donne pas seulement des bons fruits, nous permettant de satisfaire nos besoins. Elle nous enseigne aussi à redévelopper une approche de la vie et une nouvelle manière de concevoir les rapports.

Autour d’elle, il y a beaucoup de projets partagés qui naissent d’échanges et de confrontations entre des mondes apparemment distants.

En ce moment, nous étudions un projet pour la formation et l’insertion sociale et professionnelle de 18 migrants, ensemble avec d’autres « acteurs-paysans ». Si nous réussirons à le mener à bon port, nous vous en donnerons des nouvelles dans les prochains bulletins de nouvelles.

Durant la SECONDE FESTA DES COURTS CIRCUITS,

programmée du 30 SEPTEMBRE au 1OCTOBRE à Varces, à quelques kilomètres de Grenoble, nous chercherons à ajouter quelques pièces bien concrètes à l’édification des ponts et à la construction de communautés.

VOUS ETES TOUS INVITES à apporter, avec nous, votre pierre à l’édifice.

 unnamedA Varces, nous allons tenter de donner suite à la décision prise durant notre FestAssemblea de mai à Librino de construire une association européenne, qui mène tous les projets sociaux et culturels que le Consorzio a lancé dans le passé et qu’il continue à vouloir supporter et soutenir dans le futur, ainsi que d’autres que nous évaluerons ensemble.

Afin de renforcer les actions qui seront produites, nous souhaitons constituer une base de données, dénommée “CONSTELLATION”, ayant pour objectif de recueillir en son interne les compétences, les aptitudes et les capacités de chacun des sujets qui s’y ajouteront, qu’ils soient des individus, des entités de natures juridique variée ou bien des groupes informels.

La finalité est de les mettre en connexion entre elles et de les faire interagir pour la réalisation de leurs objectifs.

Aux mêmes moments, à Mira, à quelques kilomètres de Venise, aura lieu la Rencontre Nationale d’Economie Solidaire, qui, comme le rendez-vous de Varces, prévoit la construction de communautés et porte la grande nouveauté de tentative d’interconnexion entre les sujets qui ont comme objectif l’Alternative, quelle que soit leur conjugaison (le Réseau des Réseaux).

Nous cherchons à établir une connexion entre les deux évènements (Mira et Varces) pour nous reconnaitre les uns les autres, nous soutenir réciproquement et lancer ensemble des projets communs concrets.

Nous, en attendant, on procède aux semis et aux plantations dans nos champs.

Et, au-delà de ceux-ci, pour relancer une action forte, conjointement sur nos territoires, sur nos actions, avec nos réalités productives ensemble avec les PLACES pensantes et actives, en Italie et à l’étranger.

Comme annoncé, au cours des prochains mois, nous le ferons aussi au travers de nos “ambassadeurs”. unnamed(1)

Ils représenteront pour nous les éléments stratégiques pour toutes les 35 exploitations déjà membres du Consorzio, et pour le même nombre d’exploitations définies “poussins” (siciliennes et calabraises) en attente de devenir membres.

Ils garantiront la continuité par leur présence. Ils ne se limiteront pas à vendre nos produits, mais raconteront également ce qu’il y a et qui il y a derrière chaque produit.

Nous collectionnerons les stimulus des territoires respectifs et ferons aussi des propositions pour mener ensemble des actions collectives.

Ils seront nos yeux, nos oreilles et notre voix.

Nous sèmerons dans les écoles, en particulier dans les écoles siciliennes, grâce à notre participation active au Polo Catanese di Educazione Interculturale, toujours plus convaincus que l’inversion de tendance doit être stimulée dès le plus jeune âge.

Cela fait donc beaucoup d’énergies qui confluent dans cette grande maison commune.

Le travail à faire est énorme, mais il y a beaucoup de lignes directrices déjà tracées. Ensemble, nous avons la capacité d’être incisifs et « d’imposer » un modèle plus juste pour tous, dans le respect des différences et des sensibilités de chacun, mais avec un objectif commun : le BIEN VIVRE, POUR TOUS LES VIVANTS.

Et alors, il n’y a plus de temps pour reporter à demain toutes les actions qui nécessitent de se concrétiser maintenant.

On n’attend pas le futur… on le prépare ! Et alors… qu’attendons-nous ?

Septembre est le bon mois pour lancer un bon semis et pour profiter de l’engagement renouvelé de tant de personnes qui portent en commun l’envie de changement profond.

Le pizzinò d’ Août des  Galline Felici  (01/08/2017)

Nous vous recommandons de lire ces nouvelles dans la version web

Le compte à rebours commence…

Moins de huit semaines avant de nous rencontrer dans la splendide corniche de Varces (dans l’Isère) alentour de Grenoble, aux Jardins de Malissoles, deux jours de programme du 30 SEPTEMBRE au 1 OCTOBRE.

Moins de 60 jours aussi pour la rencontre Nationale d’Economie Solidaire programmée aux mêmes dates, à Mira en province de Venise.

On renouvelle donc pour la deuxième année consécutive le rendez-vous en France entre ce qui aspire à devenir (mais de fait qui l’est déjà) une communauté élargie entre associations de consommateurs, citoyens actifs, petits producteurs locaux, français, belges, italiens et siciliens et le monde des producteurs, poussins, consommateurs, ambassadeurs, associations culturelles et groupes d’achat solidaires qui directement ou indirectement gravitent autour du Consorzio Siciliano LeGallineFelici, catalyseur involontaire de ce parcours en commun.

  L’objet de la rencontre est de s’embrasser, de s’émotionner, de s’amuser, de mieux se connaitre, d’élargir et de s’ouvrir à d’autres acteurs potentiels du changement en cours. Tant en Italie qu’en Europe, pour continuer à raisonner ensemble sur le parcours jusqu’ici entamé, sur les résultats déjà obtenus, et sur les scénarios futurs.

Nous partons du récit réciproque de qui nous sommes, de ce que nous produisons, de comment nous le faisons et de ce que nous choisissons de manger et pourquoi on choisit de le manger, pour ensuite élargir nos horizons et réhausser la barre sur des thèmes stratégiques qui délimiteront nos choix de vie et de nos champs pour les années à venir.

Forts des petits et moins petits résultats concrets obtenus ces années, à Varces, nous raisonnerons et projetterons ensemble sur :

  •        Le lancement ou la création d’une association qui puisse se charger de toutes ces thématiques, parallèle au Consorzio, mais de celui-ci autonome et indépendent, comme nous en avons déjà beaucoup parlé en mai dernier à Librino (Catania) à l’occasion de la FestAssemblea de la communauté Internationale LeGallineFelici et de la rencontre des 14 associations de consommateurs français et belges pour la signature du pacte sur la coproduction des avocats avec le Consorzio et 5 nouveaux membres producteurs.
  •      Le développement durable des productions, les besoins réciproques de qui produit et de qui achète, l’authenticité et la salubrité des aliments.
  •      La consommation des territoires, d’abord abandonnés et ensuite bradés à qui n’a pas une vision collective et est incapable de rêver au bien commun.
  •       Le sens de “commun”.
  •       Une intégration intelligente de nos frères migrants ayant survécu à la mort en mer, dans les exploitations de nos circuits en contre tendance par rapport au climat de fermeture et d’intolérance à l’égard de ceux qui nous demandent de l’aide.
  •      Une communication plus efficace et incisive qui consente de nous faire connaitre de manière diffuse et en dehors de nos réseaux à tous ces exemples concrets d’hommes et de femmes qui ont choisi d’agir ensemble, qui racontent des bonnes pratiques à répliquer à l’infini.
  •       L’importance d’intercepter d’autres expériences qui mettent en pratique des parcours vertueux.
  •      Mais aussi de nouvelles formes de communautés, capables de diriger le sort d’un territoire et d’impacter profondément les vies de beaucoup de femmes et d’hommes.

A Varces nous continuerons à pratiquer notre “petite révolution gentille” et à en projeter l’évolution, aussi au travers de cette nouvelle association.

Pourquoi une nouvelle association? Pour rendre possible des projets communs de plus longue haleine, possibles seulement au travers de l’union des multiples énergies et compétences de nombreux sujets.

Parce que nous avons vérifié que l’union entre plusieurs personnes fortement désireuses d’un changement crée un effet de multiplication et pas seulement la somme des forces en action.

Désormais depuis quelques années, alors que quelques kilos d’oranges commençaient à colorer une belle table au cœur de Paris, s’est ultérieurement renforcée notre conviction que nous jetions les bases de quelque chose qui va bien au-delà de la réponse à notre légitime besoin de vendre à un prix équitable nos produits, fruit de nos sacrifices, passion et enracinement dans nos territoires respectifs.

Il a été clair, dès les premières rencontres avec beaucoup d’entre vous, d’abord en Italie, puis dans différentes villes françaises et belges et dans les petites périphéries, que l’envie d’affirmer et de consolider un modèle basé sur la confiance, sur l’amitié, sur le respect et sur l’agir commun est le thème prioritaire pour tous les interlocuteurs.

Beaucoup d’énergie est née de ces rencontres, beaucoup de fatigue aussi pour trouver un langage commun où nous retrouver et nous reconnaître tous, mais aussi grande l’envie d’en faire partie et de continuer à contaminer d’autres personnes qui ont envie de se mettre en jeu pour vivre (et faire vivre) mieux et se laisser contaminer et enrichir.

Pendant les mêmes jours que la Festa de Varces, contemporainement, mais involontairement, se déroulera à Mira (province de Venice), dans le contexte du Festival “Si PUO’ FARE”, la Rencontre  Nationale de l’ Economie Solidaire (INES) qui se développe autour des mêmes thèmes: la construction de communauté capable de futur.

Durant INES on célèbrera les fiançailles entre 7 réalités des alternatives en Italie qui “… ont partagé la nécessité de démarrer un parcours commun finalisé ò la création d’un “écosystème de sujets” (en réseau) qui nous permet, en valorisant les vocations et sensibilités respectives, de créer des synergies, collaborations, et de pouvoir ainsi atteindre ensemble des horizons qui seraient impensables pour chaque réalité de manière isolée. »

Ces 7 sujets impliqués dans ces “fiançailles”: Associazione per la Decrescita – Economia del Bene Comune – Italia che Cambia – Movimento per la Decrescita Felice – Panta Rei – Rete italiana di Economia Solidale (RES Italia) – Rete Italiana Villaggi Ecologici (RIVE)

CELA NOUS SEMBLE ETRE UNE GRANDE BELLE NOUVELLE!

Nous, d’une certaine manière, nous serons à Mira, et on serait ravis que les deux évènements; de Varces et de Mira soient reliés d’une certaine manière, pour échanger mutuellement les expériences d’ici et de là des Alpes, et constituer et renforcer d’autres alliances en contretendance avec cette Europe inhumaine.

Nous allons voir pendant les jours à venir si et comment cela sera possible…

Et alors… Il ne reste qu’à commencer à partager, à impliquer et à donner, tous, nos contributions pour que les heures que nous passerons ensemble, à Varces comme à Mira, produisent un maximum de résultats concrets dans la construction des alternatives possibles et praticables déjà depuis hier.

…..toujours pour chercher de nous amuser pendant qu’on assume le devoir de changer, tous ensemble, l’histoire….au moins jusqu’où nous pouvons arriver avec les petites forces …

…mais TOUS ENSEMBLE?

Le premier colibri de 2017 des Galline Felici  (06/02/2017)
(Le pigeon voyageur prend le nom de colibri quand il s’agit d’un bulletin exceptionnel )

Sur les conséquences du mauvais temps en Sicile

Bonjour à tous,
On a eu besoin d’un peu de temps pour analyser les conséquences du mauvais temps exceptionnel du mois de janvier.
Le gel, les pluies et le vent ont décimé nos productions; la contemporanéité exceptionnelle de ces événements climatiques a multiplié leur violence et leurs effets.
Après avoir visité nos exploitations, et calculé les probables commandes entre maintenant et mars, le résultat de cette analyse est plutôt décourageant:
·  tombées par terre de manière définitive: oranges moro et tangeli nova et autres tangeli. Une proportion importante des oranges tarocco sont également tombées des arbres, pour cela, nous avons déjà commencé à remplacer certaines commandes de tarocco par du sanguinello (entre elles assez semblables), sanguinello qui du coup n’arrivera pas jusqu’en mars;
·  nous avons aussi noté une diminution de jus dans les pamplemousses qui seront bientôt finis eux aussi;
·  des dégâts très considérables dans les avocats, dégâts dont on ne connaît pas encore les conséquences.
Le problème est que, une fois amorcé, le processus de chute continue, alors, lorsqu’on se promène au milieu des orangers, on entend constamment le soufflement des oranges qui tombent par terre… donc, de la mi février jusqu’à la fin de la saison, combien d’oranges résisteront? Comme vous le savez, une fois tombés par terre, les fruits ne sont plus commercialisables.
Outre à cela, les fruits qui sont restés sur les plantes, soumis aux événements climatiques extrêmes, nécessitent une sélection sévère. On en récolte 100 mais quelques fois on ne peut en envoyer que 40.
Tout ça pour vous dire qu’en mars,on n’aura certainement plus d’oranges rouges.
Heureusement, les oranges valencia sont en avance cette année, elles sont déjà assez bonnes, et à partir de mars, on commencera à envoyer des valencia.
Mais, on n’est pas surs qu’entre mi-février et mars nous aurons assez d’oranges pour satisfaire toutes vos demandes.
Comme vous pouvez l’imaginer, c’est un coup dur pour nous, puisque les oranges sont la base de notre travail et nous arrêter maintenant signifierait enfoncer encore plus les exploitations déjà assez lourdement touchées.
Nous cherchons d’autres producteurs fiables mais comme cette crise concerne toute la région, nous ne sommes pas les seuls à chercher des produits encore disponibles. Dans le marché conventionnel, le peu de tarocco encore disponible est payé à prix d’or…

En plus, comme vous le savez, nous ne nous contentons pas de la simple certification pour considérer un produit ‘vraiment’ bio, et nous ne nous contentons pas d’abaisser nos standards de qualité pour vendre un peu plus de produit.

Comme nous n’avons pas encore de certitude sur le futur, on peut seulement vous anticiper que, dès la moitié du mois, on pourrait être contraints de diminuer de moitié les oranges que vous commanderez, dans le sens qu’au lieu de caisses de 12 kilos, vous pourriez recevoir des caisses de 6kilos, ou bien avoir des oranges d’une autre variété.

On est vraiment désolés pour la gêne que cela pourrait vous occasionner.  Cette saison a été vraiment difficile, et il y a aussi assez bien de fatigue et de tension entre nous aussi, mais nous ne voulons pas vous faire paniquer, mais plutôt comme toujours réagir et continuer à aller de l’avant.

Aujourd’hui il y a une belle journée de soleil, la température est à l’improviste printanière… qui sait !!!
Note: Ce colibri a été écrit hier, le 5 Février, Sainte-Agathe, patronne de Catane; aujourd’hui, le 6 Février, le temps est mauvais à nouveau: Bourrasque et la pluie …


22/10/16galline-felici-logo   Le pigeon voyageur de septembre

Dans les prochaines heures nous allons publier le listino et le calendrier sur notre “vieux” site www.legallinefelici.it, en attendant de passer au nouveau dans les prochains mois. Premier envoi à la mi-octobre

 La campagne de commercialisation de nos produits est sur le point de commencer, après un été chaud (et sec) qui a suivi un automne et un hiver parmi les plus secs des derniers cent ans

Dans « notre » région sud orientale, les pluies significatives sont enfin arrivées la semaine dernière, après ne pas avoir vu de vraie pluie depuis octobre 2015 !!!  9 mois sans pluie!

 Ce qui a inévitablement produit des conséquences sur les productions, et donc se reflète sur le listino:

 La production de Miel, nous dit Antonio Coco (Apicoltura nomade Bio-Bio) sera environ 15/25% par rapport à celle des années passées (pas de 15%25% inférieure ! Exactement entre un quart et un septième de ce qui était attendu, selon les différentes fleurs). Et en plus Antonio s’est fait voler 40 ruches !

Pour cela, Antonio augmentera un peu (d’environ 10%) le prix de vente au public, et le consorzio retiendra un peu moins de marge par rapport à l’habitude ; comme ça on essaie de donner un coup de main ….

Il n’y aura pas de miel de zagara, ni d’orange, ni de citron, parce qu’il n’y en aura pas dans toute la Sicile ni dans le sud de l’Italie (… enfin, il y a ceux faits en laboratoire, autant que vous en voudriez…) Peut-être quelque chose sur les floraisons actuelles de citrons, peut-être.

Et nous sommes en train de chercher un autre producteur fiable pour accompagner et compléter la production d’Antonio ; si on le trouve, on vous le présentera

La très faible floraison qui est la cause de la non production de miel de zagara a aussi produit une production quantitativement faible des agrumes, en particulier des oranges.

Si, comme on vous l’a déjà dit plusieurs fois, dans les bonnes années, le prix des oranges nous permet à peine de rester en surface (économiquement parlant), lors des années de faible production, avec des productions allant entre les 30 et les 50% par rapport à la norme, on couleD’autre part, le prix des oranges était stable depuis quelques années, et nous sommes donc contraints, dans cette situation, d’augmenter le prix d’une caisse d’oranges de 16,50 à 18,00 euros 

 Il faut noter que la plus grande partie des augmentations décrites ici ira aux producteurs

 Le prix des pamplemousses jaunes sera aligné à celui des pamplemousses roses, qui ne change pas de prix

De même que ne changent pas de prix tous les petits fruits (mandarines, clémentines, taclès, kumquats, kiwis, feijoes, etc.) même si, pour certains d’entre eux, les producteurs seront payés un peu plus que les années précédentes

Le prix des figues de barbarie change lui assez fort (de 10,95 à 16,00 euros pour une caisse de 6 kg) pour une erreur d’évaluation l’an dernier de la part du producteur, Michele Russo, qui, pendant un an a clairement travaillé à perte ; cette année il adapte ses prix au couts réels de production (…il est jeune…il doit se faire les os …)

Depuis deux saisons, les prix du marché des citrons, même non bio, sont montés dans les étoiles ; comme vous le savez, depuis 10ans, nous n’avons jamais changé les prix en cours de saison pour suivre les prix du marché, sauf une fois, l’an dernier, justement pour les citrons

Mais on ne peut pas demander à nos producteurs de nous passer leurs citrons à un prix beaucoup plus bas que ce que le marché conventionnel leur propose

Pour cela, nous avons dû apporter une augmentation consistante : de 1.58 à 2 euros le kilo 

Et, en réponse à beaucoup de demandes de votre part, nous divisons le poids des caisses de citrons : de 12 à 6 kilos

Cette augmentation va pratiquement entièrement aux producteurs (et une partie au cout majeur de la caisse plus petite

Le prix des bananes ne change pas, bananes qui commenceront à sortir timidement de notre entrepôt, mais je vous en parlerai un peu plus ici en bas, et encore plus dans le prochain “pizzino”

Augmentation des grenades de 15,00 à 18,00 par caisse de 6 kg (+20%), pour la même raison que l’augmentation des citrons

Et enfin la note la plus douloureuse, à transformer en positif, comme toujours : les avocats

Comme vous savez, nous, jusqu’à présent, à part les petites fournitures de Paolo Costa, on a toujours eu deux producteurs d’avocats, Mario Calanna, membre du consorzio et Andrea Passanisi, qui a toujours refusé de devenir membre parce qu’il avait son projet de faire un consorzio de producteurs de fruits tropicaux et il prend tout le marché des avocats, en augmentant les prix, et très probablement il ne nous donnera pas d’avocats, et s’il le fera, il le fera à des prix beaucoup plus élevés, vu qu’il a pratiquement le monopole

A ce point, dans l’hypothèse improbable qu’il nous passe des avocats, on est dans le dilemme entre ne pas vous contenter, en refusant ces avocats, ou bien avoir à faire, sans beaucoup de plaisir, avec une réalité qui agit selon des logiques très différentes des nôtres, même si légitimes

Dans les deux cas, son action sur le territoire a produit une augmentation des prix importante, et dans ce cas aussi, comme pour les citrons et pour les grenades, si nous ne suivons pas cette hausse, nous n’aurons pas d’avocats

Donc, pour la saison prochaine, le prix des avocats, en caisse de 4kg passera de 16,60 à 20,00 euros (+20%)

Et les avocats seront, de toute façon, certainement moins nombreux que vos demandes

A ce point nous ne pouvons qu’attendre que les nouvelles plantations d’avocats des membres (petites plantations) et des non membres, mais proches du consorzio (plus grande plantation) commencent à donner leurs fruits, vu que Passanisi a signé des contrats d’exclusivité avec pratiquement tous les producteurs siciliens

Et il faudra quelques années …

Entretemps, nous vous suggérons de prendre sérieusement en considération notre proposition de co-production, et de vous assurer de vos avocats, si vous avez la patience d’attendre que les nouvelles plantations obtenues ainsi se mettent en production, cela en bénéficiant alors d’un droit de préemption sur le produit (vois……)

Une petite note sur le calendrier :

Au cours des dernières années, on a cherché, toujours plus, à respecter le calendrier

L’an dernier ça a été facile, aussi parce que ça a été une année très très sèche, sans pluies qui entravent les récoltes

Mais il y a quelques années, il nous est arrivé de ne pas pouvoir récolter parfois pendant 8/10 jours consécutifs, et rien ne nous garantit que nous n’aurons pas de tels problèmes lors de la saison à venir (au contraire, en réalité, on devrait se souhaiter de la pluie, sinon, c’est un désastre !)

Dans ce cas, avec toute notre bonne volonté, puisque nous ne conservons pas de fruits dans les frigos, et que nous n’expédions que des fruits récoltés depuis peu ou très peu de jours, un glissement des départs sera inévitable.

Nous sommes bien conscients de vos problématiques, et nous sommes très désolés de vos éventuels problèmes qui en découleront, mais dans certains cas nous n’aurons pas d’alternative

Naturellement, notre logisticien, Adrien, vous tiendra très rapidement informés des éventuelles variantes nécessaires

Mais nous voudrions ajouter un tenon de connaissance et de compréhension en plus pour les acteurs de cette filière, les transporteurs : si “notre” compagnie de transport (petite) sait qu’un voyage est programmé pour un jour x, elle fait en sorte d’avoir alors un camion adapté et disponible

Cela signifie, dans beaucoup de cas, de le garder inoccupé plusieurs jours auparavant

Si le départ glisse d’un jour ou deux, patience! Même si cela leur occasionne un dégât.

Si le départ devait glisser d’une semaine, pour effectuer, de toute façon la livraison le dimanche, l’affaire devient plus épineuse, pour eux, et en conséquence pour nous

On vous le dit seulement pour que, comme d’habitude, vous ayez une plus grande connaissance des problèmes qui se nichent derrière chaque départ.

Et maintenant, pour finir, quelques brefs ajournements sur certains de nos projets en cours, desquels nous vous parlerons plus amplement dans le prochain pizzino, d’ici 15jours :


La nouvellement constituée associazione Lo Faccio bene (association Je Le Fais bien) organise, avec de nombreuses associations nationales et locales, un parcours didactique d’un an qui a pour but de favoriser la connaissance réciproque entre les étudiants italiens (et européens) et les migrants, et qui culminera lors d’un festival partiellement géré par les jeunes eux-mêmes, et par de jeunes migrants, qui aura lieu fin mai au Campo San Teodoro Liberato a Librino, Catania

comme on dit: stay tuned and get now your ticket! (des fois on peut…)

Comptant sur deux stagiaires, le consorzio (+1), vient juste de lancer l’étude de faisabilité de la fameuse PI.DI.DE.FI.CO.S, piccola distribuzione della filiera corta siciliana (pour petite distribution de la filière courte sicilienne) à partir de maintenant, très probablement seulement FiCo, dans le but de favoriser l’échange entre toutes les offres et les demandes de produits agricoles bio-équitables en Sicile, provenant de petits et de très petits producteurs et destinés à des petites ou très petites réalités d’utilisateurs, et favoriser la naissance de nouvelles initiatives dans cette direction.

Roberto Li Calzi (qui écrit) a commencé la reconversion environnementale d’un morceau de terrain, grâce à la collaboration passionnée de deux africains avec lesquels il a planté une bananeraie d’environ 700 plantes, entrecoupées d’avocats, papayes, mangues, litchis, sapotes, annones, etc.

Dans le même terrain reprend aussi le projet “Risorti Migranti” au travers duquel un groupe de migrants produire des légumes “africains” pour les communautés de référence à Catania et à Siracusa, mais aussi pour des familles siciliennes

On commence à “couver” l’idée de la réalisation, sur ce morceau de terre, d’une coopérative de communauté, multi culturale, multi culturelle et multipropriétaire, ou, quelque chose de ce genre, dans laquelle, on aimerait que vous soyez tous matériellement impliqués ; on en parlera ensuite…

Le renouvellement générationnel et fonctionnel se poursuit sur un rythme expédié à l’intérieur du Consorzio, aussi pour continuer à effectuer avec plaisir les taches plus graves et prenantes, qui à la longue deviennent usantes

Est donc en cours une sorte de formation permanente qui permet à qui joue un rôle, de bien se préparer en un an ou deux à en jouer un autre, assisté de celui qui le jouait déjà

De cette manière, inévitablement, les “vieux” peuvent se permettre le luxe et le plaisir de revenir à la campagne et petit à petit de sortir de cette scène pendant que les jeunes acquièrent plus de compétences et de responsabilités

pour le moment je m’arrête ici… d’un autre projet je ne vous en parle pas : c’est une surprise!

On en reparlera bientôt

Merci pour l’attention

Et bon retour dans le train-train, après les vacances (pour ceux qui les ont prises…)

Ciao

 


04/05/16       Le pigeon voyageur de Mai

[ Notre journal mensuel (?) destiné uniquement à nos clients/amis francophones]

Un pigeon entièrement sur les connexions infinies, possibles et nécessaires, pour construire vraiment l’alternative pour la petite révolution gentille, qui commence à ne plus être si petite, et sort des frontières de la “réserve indienne”….

UN) On commence par l’invitation à participer à la prima FESTA des Courts Circuits: les amis français ont très bien progressé ces derniers mois et on vous joint le programme juteux, succulent de raisonnements et projets, saucé de spectacles et attractions, riche en relations et bien-être.

VOUS ÊTES TOUS CHALEUREUSEMENT INVITES DU 8 AU 10 JUILLET A LA PREMIÈRE FÊTE DES COURT-CIRCUITS A VEYNES, EN PROVENCE,

c’est-à-dire en FRANCE voisine voisine de l’Italie, pas à Paris ni en Bretagne….

Ici la carte des lieux

VENEZ AVEC VOS FAMILLES! 

Festa sur la plage ou sur la rive d’un lac très balnéable, avec beaucoup d’animations, aussi pour les enfants, musique et spectacles, TRES INTERACTIFS aussi, comme la “sphère de bambou ” (surprise!)

Nos hôtes français et nous tenons beaucoup à une ample participation des groupes italiens pour raisonner et construire ensemble.

On y tient tellement que pour les 50 premiers italiens, le camping sera gratuit, outre aux environs 30 poules et familles présents.

Communiquez votre participation à Barbara (barbarap@legallinefelici.it) le plus rapidement possible, de manière à pouvoir réserver l’espace dans le camping et préparer la nourriture suffisante pour tous.

ON VOUS ATTEND NOMBREUX!!! 

Et à Veynes on emmène avec nous aussi 4 enfants des  Briganti di Librino, grâce à une donation dans ce but de la part du LoFaccioBene Cinefest, avec votre argent!!!

Des enfants qui auraient difficilement d’autres occasions de sortir de Catania, de Librino!

Quelqu’un a quelque chose contre?

DEUX) A la FESTA des Courts Circuits on approfondira la proposition qu’on a avancée et que l’on élabore depuis un certain temps: les CO-PRODUCTIONS. Grâce à la collaboration entre Le Galline Felici et les nombreux groupes italiens, français, belges, néerlandais et autrichiens qui marchent avec nous, on observe un phénomène très en contre tendance: la remise en culture de terrains incultes ou abandonnés, le retour à la terre et à la confiance pour de nombreux agriculteurs, l’insertion en activité productive à la campagne et à une économie pour un nombre croissant de jeunes.

Les coproductions sont un des paliers de ce parcours, dans la logique d’échange réciproque, pas d’aide: produire ensemble ce qui nous sert, y compris la transformation sociale dans la direction que l’on retient nécessaire, pas seulement en la souhaitant, mais en agissant en tant que protagonistes.

Ici la première proposition, avancée il y a quelques mois et ici une autre réflexion du CdA du poulailler rédigé par Michele Russo, qui sera présent à Veynes.

Excusez-nous s’il est encore en forme brute, mais on veut vraiment le finir ensemble !

TROIS) A la FESTA on cherchera à faire un pas en avant tous ensemble, aussi dans la réflexion, qui conduise rapidement à des actions coordonnées sur la question des migrants.

Le problème est grand et il faut l’affronter ENSEMBLE pour le transformer en une grande ressource pour toute l’Europe, qui pour le moment regarde effrayée et construit des murs et des barrières. Il faut un regard différent et une grande convergence d’énergies pour construire des alternatives possibles et avantageuses pour tous.

On publie ici une première réflexion de notre membre fondateur Gabriele Proto, lui aussi présent à la FESTA, avec la famille au complet!

Sont bienvenues toutes les initiatives qui tendent à construire ou à consolider des réseaux capables de soutenir de telles alternatives, desquelles nous vous donneront des nouvelles prochainement.

Mais on attend aussi vos propositions et réflexions sur ce sujet.

Mais aussi des histoires, les signalements et les liens pour les films, pour la cinéthèque du LoFaccioBene Cinefest.

QUATRE) Certains INTERGAS et réseaux de GAS nous ont proposé des PACTES, dans la lignée de ce que la TABLE RES propose chaleureusement depuis longtemps.

On raisonne là-dessus ensemble et ici on publie, in italien, aussi ce brouillon en devenir, la discussion en cours avec l’intergas de VARESE et nos observations partielles.

Sur ça aussi on a besoin de vos annotations et réflexions, mais on voudrait souligner un aspect particulier. Cela ne nous satisfait pas ; il ne suffit pas d’un pacte dans lequel les “clauses contractuelles” ne vont pas plus loin que les sujets qui les définissent.

Cela nous apparaît encore à l’intérieur de la “réserve indienne”.

On croit que des pactes entre sujets de l’économie solidaire doivent avoir la capacité de se pousser en dehors de l’enclos, de regarder plus loin que l’intérêt pur et simple des contractants, d’avoir la clairvoyance de comprendre que ces énergies que le pacte libérerait éventuellement, si adressées à des tiers plus faibles, moins protégés, se retourneraient à l’avantage de tous.

N’est-ce pas cela aussi l’Économie Solidaire?

CINQ) De tout ça on en parlera aussi à NOW, FESTIVAL DEL FUTURO SOSTENIBILE, à Cernobbio (Côme) du 6 au 8 mai.

Et en particulier on vous invite tous à participer à la rencontre organisée par le TAVOLO RES: FACCIAMO QUALCOSA DI SOLIDALE

Ici les dernières nouvelles du festival (en italien)

Mais nous sommes contents de citer quelques phrases de l’invitation:
NOW est la volonté de montrer notre cohérence, et d’ouvrir cette « place » à tous ceux qui investissent vraiment sur la durabilité, même avec des modalités différentes des nôtres.
NOW est un grand pari : parler à qui est en dehors de notre langage et de nos réseaux, parce qu’on a beaucoup à dire, mais aussi beaucoup à apprendre.
NOW est aussi un défi interne: dans nos pratiques, on exalte la diversité… mais trop souvent on se retrouve quand même dans nos niches, et vers de nombreuses “diversités” on s’arrête au préjudice!!

SIX) Voilà! Prenons appui sur ces dernières phrases pour vous annoncer que le Consorzio Siciliano Le Galline Felici participera les 27 et 28 mai au Focus: Adriano Olivetti – III edizione, au BASE à Milano, via Bergognone, 34 (ex-atelier Ansaldo), en collaboration avec la Fondation Adriano Olivetti. Ici le programme des journées (en italien)

On cite un morceau de l’invitation au Focus, auquel vous êtes tous invités à participer:

Le troisième Focus Olivetti entend donner la voix surtout à ceux qui entreprennent plutôt que à ceux qui théorisent, à qui peut raconter des expériences concrètes en tant que protagoniste des processus complexes de production, plutôt qu’à ceux qui cherchent à les interpréter de l’extérieur; en créant une occasion de dialogue et de contamination entre le monde de qui “fait” et le monde de qui “pense” au nom de finalités autres, plus hautes et plus concrètes.

On entend alors se mettre à l’écoute des promoteurs de l’entreprise civile, innovatrice et critique, socialement responsable, capable de conscience et de vision, aujourd’hui plus nombreux qu’on ne pourrait le penser, même dans notre grand microcosme du Made in Italy.

Encore quatre tables rondes, donc, mais telles qu’elles puissent affronter mélangés les mots clefs jusqu’alors regardés séparément (Territoire, Culture, Politique, Economie), pour aller au cœur des processus complexes dans lesquels l’attention à ces thèmes sont tous simultanément et réciproquement impliqués.

Pourquoi est-ce que cela nous fait tant plaisir d’y être ? Parce que ici aussi et depuis plusieurs décennies, le mot-clef est COMMUNAUTE.

Parce qu’on retient que la rencontre et la confrontation avec “ceux qui sont hors de nos langages et de nos réseaux”, mais qui, sur la durabilité investissent quotidiennement, comme ils écrivent de Cernobbio, et les projets concrets qui peuvent en dériver, sont condition sine qua non pour activer les processus de transformation sociale dans une mesure statistiquement significative et pas seulement symbolique.

Et, pour ceux qui voudraient approfondir, ici le Manifesto Programmatico di Comunità, écrit en 1953.

SEPT) Encore une collaboration très transversale: on arrive à la conclusion du con-corso del LoFaccioBene Cinefest pour les écoles

On donnera les prix aux classes gagnantes au festival Rythmes et Danses du Monde à Giavera del Montello les 3,4 et 5 juin, mais on demandera aux jeunes et aux enfants qui arriveront jusque-là (et à tous ceux qui ont participé au con-corso) de s’impliquer dans d’autres parcours d’ouverture sur l’autre, de croissance commune, de recherche de la paix

Parteciperà con noi a quest’edizione di quella bellissima festa, dal titolo “Geo-grafie fuorirotta”, et aussi l

Le Réseau de Coopération Educative participera avec nous à l’édition de cette très belle fête, dont le titre est “Géo-graphie fuorirotta ”, et on essaiera de faire venir à Giavera une petite caravane de pacifistes

On cite ici un extrait de la présentation de le Festa de cette année:

Cela signifie traverser des barrières mentales, décider comment se mouvoir en prêtant attention et respect aussi là où on entre, aux sentiers de la terre sur laquelle on marche et à qui se trouve autour de nous. Pour pouvoir réussir à transformer des risques, des peurs, des difficultés, des fatigues en des opportunités de futur partagé, et pas résigné.

(L’an dernier, nous avons réussi à porter avec nous à ce festival une équipe des Brigants de Librino: expérience qui les a marqué ! Voyage payé avec les oranges pressées du poulailler, avec la collaboration du festival, et avec vos renonciations aux réductions)

Donc, insertion avec citation, pour prendre un peu d’air avant le naufrage final:

MEME SI VOUS VOUS CROYEZ ACQUITTES, VOUS ETES QUAND MEME IMPLIQUES! (fabrizio de andrè)

HUIT) Et, pour finir, un compte-rendu/réflexion de notre membre Cristiana Smurra après notre dernière assemblée trimestrielle. Elle aussi sera à la Festa à Veynes, peut-être avec maman, sœur et nièce)

On arrête avec ça ; parce que c’est presque un manifeste programmatique, duquel on repartira au prochain numéro.

Merci pour la patience d’avoir lu jusqu’ici .

ON SE VOIT A VEYNES, HEIN?

ET A CERNOBBIO?

ET A GIAVERA DEL MONTELLO?

ciao


19/01/16    TRANSFORMER LE NEGATIF EN POSITIF (par Roberto Li Calzi)

Les Galline Felici nous donnent de leurs nouvelles après le cambriolage, et exposent des  des propositions, des projets, des pistes de réflexion, etc. Ils nous proposent de participer à leur construction de diverses manières. Lire le nouveau « pizzino » sur leur site :

TRANSFORMER LE NEGATIF EN POSITIF 

 

08/01/16     Le ‘pizzino’ de janvier  des Galline Felici

On commence bien l’année !

Outre à cette « rogne », du poisson en conserve, bien coûteuse pour nous, cette nuit, le 4 janvier, on a volé dans l’entrepôt tous les produits transformés, tous les équipements mobiliers (transpalettes, balances, etc) les ordinateurs, l’imprimante et même l’enregistreur vidéo des caméras du système d’alarme. En emportant le tout sur notre camion… Et qu’est-ce qu’on fait ? On se retrousse les manches, on met de l’ordre et on recommence à se démener…

Et donc ? Donc les sanguines arrivent!

Mais aussi des réponses généreuses à notre « incident » de cette nuit, de la part de « nos » ouvriers. Ce qui nous confirme  la cohésion et la force de cet entourage social. Ensemble aux projets avec nos compagnons de route des GAS italiens, AMAP français, et des GACs de Belgique, depuis 14 ou depuis 2 ans… qui nous donnent la force pour affronter les adversités et continuer à faire ce que nous avons fait ces années et qui nous permet de recevoir des témoignages comme celui-là

Oui! Malgré tout, et ce qui nous est juste arrivé, ce sera une excellente année!!!

 

 Le ‘pizzino’ de novembre (spécial L’Arcolaio) des Galline Felici

Je pense que presque tous vous connaissez la coopérative de l’Arcolaio qui agit depuis 13 ans dans la  prison de Syracuse et fait travailler et salarie un nombre notable de détenus ( en ce moment 8, mais ils étaient plus nombreux avant qu’on ait retiré à la coopérative la réalisation des repas de la prison).

L’Arcolaio est en ce moment en difficulté. Elle dispose d’un important carnet de commandes mais n’a pas la trésorerie pour acheter sa matière première principale: les amandes. De plus, elle a accumulé des dettes importantes à l’égard de ses fournisseurs en raison d’une forte augmentation du prix des amandes lors de la dernière saison. La coopérative n’a pas pu faire face rapidement à cette envolée du prix par l’augmentation de ses prix de vente. Voir précision ici.

L’Arcolaio nous a demandé il y a deux mois  d’organiser une campagne de soutien comme celle de 2008 ( pour plus de précision voir en bas de la page). Nous avons répondu en avançant 30 000 euros sur les prochaines livraisons et en lançant une campagne de préachats qui jusqu’à maintenant à récolté un peu plus de 10 000 euros. Ceci n’est pas suffisant pour faire face aux importantes dépenses d’une saison déjà commencée et avec l’échéance de Noël.

Donc nous renouvelons auprès de nos clients l’invitation à participer à la campagne de préachats selon des modalités bien établies ( versement sur le compte des galline felici avec la mention « acompte sur nos prochaines fournitures en soutien de l’Arcolaio, émission d’une facture équivalente avec la même mention, annulation de notre dette à votre égard par déduction de la somme avancée lors de notre prochaine facture et de toutes façons avant la fin de l’année.

Par ailleurs nous invitons tous, clients ou pas, à préacheter directement à l’Arcolaio le panier de Noël  en ayant conscience que les frais d’expédition diminuent relativement à l’importance de la commande.

Note  : Pour votre tranquillité, je précise que l’Arcolaio malgré ses difficultés passagères,est une entreprise bien solide. Si ce n’était pas le cas,nous n’aurions pas avancé les 30 000 euros avec notre trésorerie et nous ne pourrions pas nous hasarder à garantir les remboursements sur nos prochaines factures. C’est nous qui nous engageons.

C’est clair. Non ?


 

Le pigeon voyageur d’octobre 2015 des Galline Felici 

Bonjour à toutes et à tous,

Le “pigeon voyageur” est notre journal mensuel destiné uniquement à nos clients/amis francophones et contient en général des sujets de fond sur le Consortium.

Mais avec ce numéro d’ouverture de la saison 2015/2016 nous souhaitons offrir aussi un bref « mode d’emploi » aux nombreux nouveaux contacts en France et en Belgique.

Nous l’envoyons aussi à tous nos potentiels amis Bretons, en vue de notre visite à la mi-novembre.

Voici quelques nouvelles de la campagne 2015/2016 commencée un mois plus tôt que les années précédentes, incluant à la liste des produits disponibles quelques légumes.

La Sicile est loin de chez vous , et le transport a toujours été l’aspect le plus délicat. Vous trouverez quelques manières d’approfondir ce sujet sur le transport et sur les surcouts  des prix et les réductions des prix pour le transport mais aussi une explication, avec des exemples qui permettent de mieux comprendre et des indications pour vous aider à choisir un lieu de livraison.

Nous souhaitons aussi vous raconter notre histoire et vous présenter notre jeune équipe opérative.

Nous espérons que vous viendrez bientôt nous rencontrer en Sicile, comme l’ont déjà fait plusieurs groupes français et belges avec qui nous sommes en relation depuis des années. Bonjour à toutes et à tous

Enfin, voici un appel pour la renaissance de la petite agriculture bio en Sicile.

Merci de votre attention et de votre collaboration


 

Le ‘pizzino’ de septembre 2015 des Galline Felici (les poules heureuses)

Journal (plus ou moins) mensuel tourné vers le Monde des Alternatives Possibles en Europe

Bonjour à toutes et à tous,

A l’approche du début de la nouvelle saison agrumicole, nous reprenons l’envoi de nos journaux à cadence mensuelle alternée :

  • le « pizzino » : pour tous ceux qui veulent échanger avec nous des pensées et des projets sur le développement des systèmes alternatifs, en économie, finance, société, solidarité, culture et agriculture. Au travers du « pizzino », nous essaierons d’élaborer d’autres questionnaires d’intérêt général dans les prochaines années, à raison de 2 par an.
  • le « pigeon voyageur » : pour nos clients et amis, contenant des nouvelles internes à la vie du Consortium, ses femmes et ses hommes, leurs produits et leurs projets. Par « les femmes et hommes du Consortium » nous voulons parler de la centaine de personnes qu’englobe le Consortium, entre les membres, les « poussins » (fournisseurs pas encore membres), les employés et les associés des 4 coopératives sociales qui adhèrent au Consortium.

Dans ce numéro :

Uno)  Un appel pour la conversion au bio de nombreux paysans et la reconquête du territoire.

Due) Pour ceux qui voudraient approfondir leur connaissance du Consortium, vous trouverez ici un bref compte-rendu sur nos origines, ici une étude de Thomas Regazzola et ici l’état de l’art en début de saison.

Tre) Nous avons besoin de votre aide ! Nous sommes en train d’organiser un voyage de présentation de nos activités et de nos produits en Bretagne et à Nantes. Celui-ci aurait lieu mi-novembre, après la récolte des olives. Si vous avez des amis ou des contacts qui pourraient être intéressés, merci de nous les envoyer rapidement en écrivant à robertolicalzi@legallinefelici.it

Quattro) Vous avez été plus de 900 à répondre à notre questionnaire envoyé en juillet. Merci à ceux qui ont collaboré. En suivant ce lien, vous trouverez un compte-rendu des réponses à la première partie du questionnaire, relative au développement de l’Economie Solidaire.

Cinque) Dans le questionnaire, nous faisions allusion au Fonds de Solidarité National en train de se constituer.  Nous commençons donc à réfléchir un peu sur ce thème et sur la nécessité d’activer (ou renforcer) des systèmes qui puissent permettre, fondamentalement, de ne pas se sentir seuls face aux difficultés et nous citons de nombreux exemples de réussite. (à suivre…)

Dans le même article, une requête d’aide de la part de la Coopérative Sociale L’Arcolaio, à laquelle le Consortium a, en partie, déjà répondu concrètement. (Continuer à lire…)

Sei) Il y a quelques jours s’est terminée la manifestation FERMATA CALABRIA (« arrêt Calabre »), organisée par LO FACCIO BENE CINEFEST (« Je le fais bien » ciné festival – construire le changement en montrant l’exemple) : 4 jours de rencontres et échanges avec le meilleur de la Calabre qui veut changer de route et de l’Italie qui participe, en prend soin et ne reste pas indifférente. Mais aussi des fêtes, des danses, de l’hospitalité de haut niveau (humain), des baignades dans une mer cristalline, suivis de 4 jours de randonnée sur les montagnes, sac sur le dos (à suivre…).

Merci pour l’attention et bonne rentrée.


Enregistrer

Enregistrer